Imaginez votre vie un instant, si vous ne saviez jamais quand serait votre prochain repas. À court terme, la faim entraîne des maux de tête, des étourdissements, de l’irritabilité et une difficulté à se concentrer. Les effets à long terme sont encore plus graves.

Les études montrent que les foyers qui n’ont pas accès à suffisamment d’aliments abordables et nourrissants souffrent aussi souvent de maladies chroniques, de dépressions sévères et de handicaps mentaux et physiques à long terme. La faim peut aggraver ces problèmes de santé, qui empêchent les gens de bien gagner leur vie, et donc d’acheter de la nourriture.

Au pays, 54 % des banques alimentaires ont observé une hausse de la demande entre 2014 et 2015. Près de 40 % de ces organismes dépendent entièrement des bénévoles, mais tous nécessitent leur soutien pour être fonctionnels. Les banques alimentaires du Canada insistent régulièrement sur les trois principaux investissements à faire pour combattre la faim : des logements abordables, l’aide sociale et l’augmentation du salaire minimum.

Saviez-vous que?
  • Les familles monoparentales sont plus vulnérables à la faim que tout autre type de ménage.
  • Il est faux de croire que les banques alimentaires rendent les gens dépendants à leurs services. Selon une étude menée par une banque alimentaire provinciale, la plupart des clients et clientes ont fait moins de la moitié des visites annuelles auxquelles ils ont droit.
  • Les adultes sous-alimentés ont 1,7 fois plus de chances d’avoir reçu un diagnostic de problème de santé mentale.

Pourquoi les banques alimentaires sont-elles essentielles?

Les gens qui utilisent les banques alimentaires proviennent de tous les milieux. Certaines personnes ont besoin d’aide pendant de longues périodes, mais la plupart n’en ont besoin qu’à l’occasion ou pour de courtes périodes de temps. La faim entraîne des dommages à long terme sur la santé, particulièrement pour les jeunes enfants, et représente un obstacle à la réussite scolaire. Un panier alimentaire peut faire toute la différence pour une famille qui tente de se remettre d’une crise. Il peut éviter à un enfant de se coucher le ventre vide ou de tomber malade et de manquer l’école, à cause d’un système immunitaire affaibli par une carence nutritionnelle.