La définition de l’alphabétisation évolue pour s’adapter à notre société qui se transforme et se développe. Un faible niveau d’alphabétisation se définit par une difficulté à lire, à comprendre et à utiliser efficacement du matériel écrit.

Au 21e siècle, être alphabète signifie avoir la capacité de lire, d’écrire et d’exprimer sa pensée critique sous forme verbale, écrite, visuelle et numérique. Selon Statistique Canada, 48 % des personnes âgées de 16 ans et plus n’ont pas le niveau d’alphabétisation requis pour le marché du travail.

Sans les aptitudes adéquates, il peut être difficile de postuler à un emploi, ou de lire les étiquettes des médicaments ou des affiches, ce qui réduit les chances de mener une vie saine et productive. Les gens qui savent lire et écrire peuvent fonctionner à leur pleine capacité. Lorsqu’une société accorde une grande importante à l’alphabétisation, elle a plus de chances de prospérer.

Saviez-vous que?
  • Si le taux d’alphabétisation augmentait de 1 %, l’économie canadienne pourrait connaître un essor de 32 millions de dollars.
  • Au Canada, plus de 60 % des Autochtones n’ont pas les aptitudes de lecture et d’écriture nécessaires pour participer entièrement à l’économie du savoir d’aujourd’hui.
  • Au Canada, 20 % des diplômés universitaires, 50 % des adultes et 60 % des immigrants ont un niveau d’alphabétisation inadéquat.
  • Au Canada, plus de 15 millions d’adultes auront un faible niveau d’alphabétisation en 2031.
L’importance de l’alphabétisation

Selon le Conseil des ministres de l’Éducation du Canada, « tout investissement en littératie et alphabétisation constitue un investissement dans les individus, la productivité et la compétitivité et, en définitive, donnera au Canada une position favorable dans le contexte mondial ».